Surréaliste

  Agent rien FC 73

Et pourquoi pas une ville unique, qui irait de Thonon à Bellegarde en passant par Annemasse, Saint-Julien et Divonne, mais en évitant scrupuleusement Genève ?  Telle est à peu près la proposition d’une petite dame bien propre sur elle, Astrid Baud-Roche, adjointe à Thonon et venue tout exprès à Gex, jeudi soir (31.10.2013), pour vendre sa salade aux conseillers communautaires.

Bon, c’est vrai que, dans un premier temps, cette « écocité pétillante » en forme de boomerang ou d’hameçon se limiterait à une étrange usine à gaz nommée « inter-Scot ». Comprenez par là que le SCOT (Schéma de cohérence territoriale) du Pays de Gex devrait se mettre en cohérence avec ceux de Thonon, Bonneville, etc. Mais pas avec le plan d’urbanisme genevois.

Surréaliste quand on sait que, hormis le passage par Genève, l’unique lien physique du Pays de Gex avec le reste de ce « machin » se situe au pont Carnot enjambant le Rhône au sud de Collonges !

Tout ça pour quoi ? De toute évidence, pour masquer l’échec cinglant du « Grand Genève » lancé en 2012 dans les fastes et les flonflons. L’idée ? Que Genève, Vaud et les territoires de la couronne française établissent entre eux des règles du jeu loyales permettant de rééquilibrer les énormes différences actuelles, activités économiques à Genève et fardeau de l’habitat en France.

Miroir aux alouettes ! Nos élus étaient-ils assez niais pour imaginer que Genève allait lâcher la proie pour l’ombre ? Echanger les bénéfices de l’économie contre les charges financières des cités dortoirs ? Rien ne se fait, rien ne se fera et même pour se rendre à l’aéroport de Cointrin, les automobilistes devront toujours s’acquitter d’une vignette autoroutière qui coûte plus cher qu’un vol premier prix chez Easyjet !

Autre exemple flagrant de ce déséquilibre et de cette trahison : la CCPG s’apprête à installer à Ferney quelques improbables bureaux et… plusieurs milliers de logements, dans le cadre d’un accord prévoyant justement que le Grand-Saconnex accueillerait les logements et Ferney les emplois. Tintin !

La parade ? Certainement pas cette pantalonnade consistant à « mettre en cohérence entre elles» des cités frontalières dont les deux incohérences majeures et apparemment insurmontables sont le refus de Genève de parler d’égal à égal avec ses voisins français  et l’incohérence des crânes d’oeufs parisiens qui, loin de soutenir la région frontalière, la rendent plus vulnérable encore en refusant de prendre en compte les particularités locales : assurances des frontaliers et, surtout, mise en place d’un régime spécial, échappant à l’écrasante tutelle égalitaire de l’Etat pour permettre la création d’un ensemble régional dont les règles sociales, fiscales et administrative soient en cohérence de part et d’autre de la frontière.

Si le Pays de Gex avait été rattaché à la Genève en 1815 comme cela lui avait été proposé au congrès de Vienne, si la Savoie n’avait pas été annexée par la France en 1860, le Grand Genève pourrait aujourd’hui voir véritablement le jour.

Irréaliste ? Vraiment ? Au printemps 1759, des pétitions circulèrent entre Chablais et Faucigny en faveur d’une réunion à la Suisse: « Nous avons été réunis à la France pendant quelques années et un grand nombre sentent encore leur cœur battre au souvenir de cette époque. Nous sommes étroitement unis au Piémont depuis 1848. Cependant, malgré toutes nos sympathies soit pour l’Italie libre, soit pour la France, d’autres sympathies d’un autre ordre plus élevé nous mènent à décider l’annexion à la Suisse… Oui, tel est notre désir le plus ardent, fondé sur nos rapports exclusifs avec Genève, sur nos intérêts commerciaux, sur tant d’avantages que nous ne saurions trouver ailleurs. » (1) . Cette pétition recueillit 13 651 signatures. Eu égard à la faible population de l’époque, ce chiffre est considérable.

Hélas, la Savoie fait partie d’un véritable troc. La France ayant soutenu l’unité italienne en 1848 réclame son « pourboire », soit Nice et le versant occidental des Alpes, c’est-à-dire la Savoie.

On ne refait pas l’Histoire mais il n’est pas interdit de l’étudier, de la commenter et de s’en inspirer. A bon entendeur !

 2.11.2013

(1)  Cité par Paul Guichonnet

 

 

Une réflexion au sujet de « Surréaliste »

  1. Mais si!!! on CORRIGE les choix « péremptoires » de l’Histoire! ; *- Il semblerait plus opportun(euphémisme) pour le Pays de Gex d’être rattaché à la Confédération Helvétique,sa voisine de longue date (re-euphémisme), à l’instar de la Sarre avec la République Fédérale, sous De Gaulle; *- et pourquoi pas St Gingolph et Novel, en Chablais frontaliers du Valais par la Morge ? un vaste mouvement pétitionnaire d’ensemble -incluant alors ce bout du Chablais, aurait plus de poids par référendum pour tous ces cas d’espèce, et générerait peut-être une prise de conscience bilatérale, et donc une possible…votation en ce sens! Pétition ? j’en suis volontiers signataire !

Postez ici votre commentaire. Bravo et merci !