Un témoignage

Voltaire signature corrigé

Mercredi 18 juin vers 10h30, je vais acheter le pain dans le magasin Satoriz à Ferney-Voltaire, comme je le fais de temps à autre.

Peu de monde, une seule caisse ouverte. Le vendeur, un jeune homme. D’habitude, j’essaie toujours d’éviter d’être servie par lui, vu la manière dont il manipule le pain, en le touchant plus ou moins avec ses doigts. J’attends que la personne devant moi paie ses achats et me voilà, demandant gentiment un pain, en rajoutant « soyez gentil, prenez le sans le toucher ».  Le vendeur hausse le ton, « je le prends comme il faut », dit-il. Moi, je lui dis que j’ai l’ai vu plusieurs fois faisant le contraire. Alors il me dit, en criant et en jetant le plastique qu’il utilisait (pourquoi pas le gant que j’ai vu souvent) «allez acheter votre pain ailleurs ». Je demande à voir le responsable. Le vendeur me répond, toujours en criant fort, « vous n’avez qu’à aller dans le bureau ». Je m’approche du couloir où se trouve sans doute le bureau et, à ce moment-là, une jeune femme s’approche, me demandant sur un ton hautain quel est le problème. Je lui explique mon mécontentement. Elle me rétorque que ce n’est pas vrai et que je peux sortir du magasin et aller acheter le pain ailleurs,  en ajoutant que, de toute manière, je ne trouverai personne au bureau.  Elle me hurle “vous êtes malade”, etc. Un troisième vendeur est arrivé, prenant bien sûr le parti de ses collègues.

Je suis partie mais je me demande s’il est normal que des vendeurs aient ce comportement et ce vocabulaire inadmissibles. Ont-ils le droit d’interdire la vente à une cliente qui n’a demandé qu’une chose banale et normale ?

N.R., habitante de Ferney

2 réflexions au sujet de « Un témoignage »

  1. Cliente de Satoriz depuis longtemps, je suis étonnée de constater que quelques incidents apparemment isolés ont été montés en épingle, jetant le discrédit sur l’ensemble du personnel du magasin. J’achète mon pain exclusivement chez Satoriz et je n’ai jamais observé la moindre irrégularité de la part des vendeurs. Si dérapage il y a eu, c’est probablement l’exception qui confirme la règle. Ce qui me semble surtout inquiétant c’est l’ardeur qui anime ce fil de « discussion ». Si on lisait entre les lignes, pourrait-on y déceler des sous-entendus plutôt malheureux et totalement inacceptables?

  2. J’ai vu, aussi, dernièrement, un jeune vendeur qui manipulait le pain ainsi.

    Pour être tout à fait « fair », je ne vais plus très souvent dans ce magasin, car ils n’offrent pas un pain que je peux manger. (Ce n’est pas un critique, c’est ma maladie). Mais avant, j’y allais assez souvent, et je trouvais le personnel accueillant et sympathique (même quand il avait beaucoup de monde entassé dans le magasin).

    Récemment, l’atmosphère semblait différente, chargée (dans un sens négatif). A part ce jeune homme à la caisse, qui ne prenait pas soin de manipuler le pain comme il faut et qui ne semblait pas vouloir servir le clientèle, les autres vendeurs avaient l’air stressé, se plaignant entre eux de ne pas avoir l’aide des autres, criant pour que « X » viennne tout de suite, etc.

    Bien sûr, les locaux sont étroits, et le clientèle souvent nombreuse, mais c’était ainsi avant, aussi. Je soupçonne le problème d’être plutôt du « management » (local ou du plus haut niveau?) et que la pauvre dame qui aurait aimé acheter du pain manipulé selon les règles sanitaires (!) en a fait les frais.

    Dommage.

Postez ici votre commentaire. Bravo et merci !