Bouvier sournois

Ferney Candide FC 86Le 28 juillet dernier, Candide révélait aux Gessiens médusés les aventures de Bouvier alias Bo-Bou-Bou, Président de la CCPG et, à ses heures perdues, maire et pharmacien à Cessy.

Enfin, pharmacien, pas si sûr puisqu’en février, il avait fait l’objet d’une « interdiction d’exercer la pharmacie d’une durée de 14 mois » de la part de l’Ordre des Pharmaciens, section Rhône-Alpes. Et qu’il s’était bien gardé d’en informer ses collègues avant son élection.

Contacté par nos soins, Bo-Bou-Bou s’était bien évidemment déclaré innocent et s’était empressé d’attribuer sa mésaventure à deux méchants Gessiens : Jules Emery, qu’il avait naguère évincé de la mairie de Cessy, et Hubert Bertrand alias Bertrand-du-Déclin, qu’il venait justement d’écarter de la vice-présidence de la CCPG, avec l’élégance qu’on lui connaît.

Lettre anonyme FC 88C’est ainsi que Bo-Bou-Bou nous avait déclaré au téléphone : « Tout ça est politique et mes ennuis sont venus d’une lettre anonyme ». Une lettre dont il attribuait nommément la paternité, lors de la même conversation téléphonique, à Bertrand et/ou Emery. Tout en notant ses propos, Candide en était presque tombé sur le cul, mais pas au point de se rendre à la pharmacie la plus proche, d’ailleurs fermée ce jour-là par décision de l’Ordre. Voir plus haut…

A la lecture de Ferney-Candide, Bertrand avait modérément apprécié la saillie de son adversaire apothicaire, déclarant en off vouloir porter plainte.

Y a-t-il eu depuis lors une explication de texte entre les deux hommes ? Ce qui est sûr, c’est que Bertrand a publiquement évoqué cette méchante suspicion lors du conseil communautaire du 18 septembre et que, le 30 septembre, il s’est fendu d’une belle lettre dans laquelle il exige de Bouvier qu’il apporte « une rectification officielle sur le dit blog afin qu’il ne subsiste aucune ambiguïté sur ce sujet ». Pour protester de son innocence, Bo-Bou-Bou aurait dû nous adresser cette rectification en nous demandant de la publier.

Avis FC 31 p1_0001Le hic, c’est que Bouvier a bel et bien tenu les propos que nous lui avions attribués. Et qu’il le sait ! Du coup, nous attendons toujours, de pied ferme et le sourire aux lèvres, qu’il nous adresse la déclaration exigée par Bertrand-du-Déclin qui, lui aussi, peut toujours attendre…

Alex Décotte, 18 octobre 2014

La lettre de Bertrand à Bouvier

Une réflexion au sujet de « Bouvier sournois »

  1. comme quoi il faut toujours mieux balayer devant sa porte avant de porter les idées fumeuses genre redevance incitative.si les faits sont avérés ,il me semble q’une démission de ses mandats s’imposerait.je doute, HELAS,q’il en aie le courage.

Postez ici votre commentaire. Bravo et merci !