Triporteur FC 85

Score stalinien à Divonne

Elu à Divonne avec le score stalinien de 100% (mais avec une très forte abstention et plus encore de bulletins blancs), l’encore jeune loup Blanc risque de se retrouver bien seul à la Communauté de Communes. Deux de ses principaux lieutenants, Jocelyne Boch et Pierre-Etienne Duty, sont dans les choux, Blanc s’était pourtant déplacé en personne à Ferney pour soutenir Duty Free. Résultat : 25, 97% !

Le soutien de Blanc ressemble à celui de Sarko : il vaut mieux s’en passer pour espérer gagner !

Le phare ouest en pleine tempête

Il y aura un deuxième tour à Cessy mais les jeux sont faits. Jojo est passé à la trappe. Cette riante commune rassemblait à elle seule les dérives constatées par ailleurs à la Communauté de communes: un même personnage au pouvoir depuis des lustres, belles paroles et vilaines manières,  règne des copains et des copains, absence de transparence et, disons-le, de démocratie.

Demain, une équipe nouvelle sera aux affaires. Si elle choisit de se pencher sur les méthodes et les comptes du passé, Candide aura encore quelques beaux scoops à sortir ! Mais peut-être la sagesse consistera-t-elle à tourner la page sans faire exploser la baraque. On ne tire pas sur les ambulances, même lorsqu’elles marchent au fioul à l’abri d’un rideau de clous.

L’Empoudré se repoudre

Il a fait preuve d’un certain panache, l’Empoudré Bertrand, en allant défier (sans succès, c’était couru d’avance) le dinosaure Juliet sur ses propres terres. Mais son vrai combat était à Saint-Genis, où les résultats ne sont jamais acquis d’avance. Pour avoir été déjà recalé à l’issue d’un premier mandat de maire, il connaissait le danger que pouvait représenter la Pâlotte Chenu. Finalement, avec dix points d’écart, sa victoire est nette mais l’opposition confirme une évidente légitimité.

N’empêche que le succès de Bertrand aura de quoi réjouir plus d’un citoyen gessien. L’Empoudré pourra continuer à mettre son grain de sel à la Communauté et il n’y sera plus aussi seul. Certes, Dentinger est aussi proche de Blanc que l’était Boch mais, s’il est confirmé à la tête de Ferney, François Meylan devrait, lui aussi, donner du fil à retordre à notre omnipotent président gessien.

L’Or n’a pas subi le coup Desquaires

A Prévessin, le bilan de L’Or-and-Son et de son équipe était suffisamment convainquant pour qu’un véritable coup Desquaires soit à écarter. 60 / 40,  le verdict est sans appel et, avec 5 élus seulement, la future opposition aura du mal à se faire entendre au fond de la salle. Quel maire, récemment élu ou réélu, aura-t-il le courage d’atténuer les effets pervers de la loi électorale actuelle en choisissant un de ses adjoints parmi l’opposition ?

Trois petits cochons

A Chevry, les trois petits cochons (Ravot, Emery, Pils) ne se sont pas fait croquer par le grand méchant Fouillet.

Ces trois anciens maires, dont l’un s’apprête à le redevenir, ça vous a des allures de combat d’arrière-garde mais c’est aussi la preuve que, de plus en plus, les électeurs rechignent à soutenir des ambitions trop personnelles.
Un seul des candidats de la liste des cochonnets n’est pas passé au premier tour. Il y en aura donc, en théorie, un second. Fouillet s’y collera-t-il ? Enverra-t-il un des lieutenants ? Ou baissera-t-il pavillon? De toute manière, les jeux sont faits.

Redier fait le Pas-au-lit deux places à l’UMP

Redier de la Villatte se voyait-il vraiment maire de Gex ? En tout cas, il était persuadé de ne pas pouvoir gagner en restant sur la liste de Tireford, jugé ringard et un rien poussiéreux. Résultat, Redier vient de s’étaler deux fois face à Pas-au-lit, la première aux municipales, la deuxième aux cantonales. Pire, sa liste a fait moins bien que celle de Tireford, 17,5% contre 24,8%. Ces six prochaines années, l’ambiance va être morose au fond de la classe, sur les deux bancs de l’opposition désormais séparés.

Pompier bon œil

A Thoiry, Jocelyne Boch est effondrée et il y a de quoi. Près de dix points la séparent de son bientôt successeur, le pompier Dentinger, derrière lequel se profile la silhouette tutélaire de Thierry Bénier alias Assurancethoiryx, ancien maire contesté dont la bru se trouve, justement, sur la liste du soldat du feu.

Certes, Jocelyne reste conseillère générale du canton de Ferney mais, aux prochaines cantonales, il lui faudra sans doute se colleter – si elle se représente – à l’Empoudré Bertrand et, pourquoi pas, à François 1er Meylan. Rien que du beau monde.

Mercier fait un pied de nez à Ornex

Qui donc aurait misé un penny sur Mercier, éternel candidat vert aux allures d’adolescent décati ? Eh bien, preuve que les électeurs ont vraiment ras-le-bol de toute ce qui incarne un système omnipotent et pourtant moribond, ils ont voté sans équivoque pour lui et son équipe. A l’issue du premier tour, ils sont déjà 16 élus sur 23. Même si le tandem Obez – Giriat place quelques-uns des sept derniers pions au deuxième tour, ils ne feront jamais que de la figuration.

Duty plus Free que jamais

Avec moins de 26% des suffrages exprimés, Duty Free prend une claque monumentale. Beaucoup l’espéraient mais personne ne l’aurait rêvé à ce point. En théorie, il est mort. En théorie seulement. Car une des surprises vient de l’OVNI Landreau, tombé de nulle part et qui, avec sa liste « J’aime Ferney », récolte près de 14% des voix, largement de quoi se maintenir au second tour.

Oh certes, mises bout-à-bout (et rien n’indique d’ailleurs que Landreau accepterait de fusionner avec Duty) ces deux listes de droite ne font encore que 39% face aux deux autres, qui en totalisent plus de 60%. Le problème, c’est que, parmi les listes lancées à l’assaut de Duty, la première arrivée, celle de François 1er Meylan (30,39%), ne pourrait faire, seule, le poids face à une telle coalition.

Dans l’hypothèse où Duty et Landreau feraient liste commune (et François ne le saura qu’après avoir déposé lui-même sa nouvelle liste) il lui faudrait absolument envisager une fusion ou, à tout le moins, une entente avec la liste de Miss Modème, Fabienne Faure, arrivée tout juste derrière lui (29,78%). Or, c’est à peine si les leaders de ces deux listes se sont parlé avant le premier tour.

Pour le cas où elle serait arrivée en première position, Miss Modème avait d’ailleurs déjà fait savoir qu’elle pourrait envisager une fusion avec la liste de François 1er à condition que celui-ci ne soit pas du nombre et, a contrario, elle affirmait depuis longtemps ne pas vouloir se maintenir, à titre personnel, dans l’hypothèse d’une fusion destinée à favoriser le couronnement de François 1er. Ambiance !

Sur la liste Faure, les premiers viennent-ensuite (Truchet, Raphoz, Philipps, etc.) rechignent fortement à collaborer avec François 1er, qui le leur rend bien. Dès lors, ce dernier prendra-t-il le risque d’aller seul au combat et, dans ce cas, Miss Modème se maintiendra-t-elle (dans le cas d’une quadrangulaire, elle peut encore espérer le devancer, 13 voix seulement la séparant de François 1er) ?

Bref, à Ferney, c’est déjà râpé mais pas encore plié ! Sans oublier que 47% des inscrits ne se sont pas déplacés au premier tour et qu’ils pourraient bien aller voter dimanche prochain, pour venir à la rescousse de Duty Free ou pour inverser l’ordre Meylan – Faure.

Sans oublier non plus qu’en cas de retrait de Miss Modème et de sa liste, beaucoup de ses électeurs pourraient ne pas se reporter sur François 1er. On a déjà vu ça en 2001 : au premier tour, les deux listes de Vianès et Meylan, frères devenus ennemis, totalisaient 65% contre seulement 35% à Duty, finalement élu grâce au retrait (sans consigne de vote) de François Meylan. L’histoire a parfois tendance à bégayer.

Postez ici votre commentaire. Bravo et merci !