Ecolo ou hélico, il faut choisir

Type d FC 29 p5

La tranquillité chez nous, le boucan chez les autres. Telle pourrait être la devise du Jiva Hill Park Hôtel, rutilant palace de campagne installé à Crozet. La publicité le dit bien: il « vous accueille dans une oasis de tranquillité, de luxe, d’intimité et de discrétion« . Hélas, cette même pub propose., à la rubrique « décollage immédiat« , un service un peu particulier:
« Tarif pour 2 personnes : 2962 €
1 nuit en junior suite
Petit Déjeuner
Dîner gastronomique
Accueil VIP en chambre
Tour d’une heure en hélicoptère au départ de notre héliport avec au choix le survol :
          – Du Mont Blanc
          – Du Lac Leman
          – D’Annecy et son Lac
Offre valable toute l’année sous réserve des conditions météorologiques ».

Etonnons-nous, après ça, que le Pays de Gex soit sans cesse survolé par des hélicoptères au bruit strident, autrement plus dérangeants que les mouvements normaux de l’aéroport. Au Jiva Hill, le plaisir des uns passe par la peine des autres.

Cela dit, la balle est dans le camp de l’Etat français: au nom des accords de 1957, il a imposé la coupe d’une partie de la forêt de Ferney, censée mettre en danger le trafic commercial. En revanche, aucun accord n’a jamais été signé, entre les deux pays, quant à l’existence de la piste B (les petits avions de tourisme qui nous empoisonnent la vie dès les premiers rayons de soleil) ou aux activités de l’héliport, dont l’Etat français pourrait au moins exiger qu’elles se limitent aux opérations de sécurité et de secours.

Il est vrai que de Paris, même en tendant l’oreille, on n’est guère dérangé par les nuisances de Cointrin, le ronronnement permanent de son trafic commercial, le crépitement estival de ses coucous ou les stridences de son héliport. Faudra-t-il, comme le fit en 1957 le propriétaire du défunt « Hôtel du Capucin Gourmand », hisser des ballons captifs au-dessus de chez soi pour y vivre enfin tranquille?

Postez ici votre commentaire. Bravo et merci !